Quand le cannabis devient un traitement médical recommandable

news-details
Santé

Le cannabis…cette drogue qui fait rage depuis des décennies, ne cesse de faire parler de lui. Depuis 2014, l’intoxication accidentelle chez les enfants serait en constante hausse, selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Les premières victimes, à première vue, seraient malheureusement les enfants de moins de 2 ans.
Les études menées entre 2010 et 2014 (soit 60 mois) et durant la période du 1er janvier 2015 au 30 septembre 2017 (soit 33 mois) ont mis en évidence 2,5 fois plus de cas d’intoxications chez les enfants, soit près de 193 cas en 33 mois avec 140 hospitalisations contre 140 cas en 60 mois avec 120 hospitalisations. Touchant des victimes âgées de 7 mois à 5 ans, avec plusieurs hospitalisations de plus de 48h dont l’une pendant onze jours. Des résultats très préoccupants. Et l’ANSM releva cinq fois plus de cas graves.

Si pour l’heure, aucun décès n’a été déploré, le pronostic vital ne cesse d’être mis en jeu. Notamment 9 enfants sur les 60 mois et 27 enfants sur les 33 mois ont dû être admis en réanimation, aboutissant à un coma, une insuffisance respiratoire et des convulsions. De 2 cas de coma en 2004-2009, nous sommes passés à 29 cas entre 2010 et 2014 selon l’étude de Pédiatrics. Les études révélèrent également que le cadre familial serait principalement la cause de ces intoxications croissantes. Où lors de fêtes de fin d’année ou périodes estivales, etc., la vigilance des adultes est au plus bas, face à la curiosité des enfants, leurs petites mains baladeuses ou leur désir de faire comme les grands.

Le cannabis, drogue illégale mais pourtant consommée à grande échelle

Illégal en France, le cannabis est pourtant grandement consommé dans notre pays par près de 17 millions de consommateurs dont 1,4 million réguliers. Une drogue majoritairement prisée chez les jeunes, malgré les dangers d’une consommation régulière.
Issu du chanvre Cannabissativa, le cannabis est une plante qui après floraison libère une substance blanchâtre dénommée tétrahydrocannabinol (THC), en herbe, en résine et en huile, d’où sa consommation variée malgré son illégalité.
A ce jour, l’ANSM tire la sonnette d’alarme quant à la teneur du principe actif qu’est la THC, psychotrope actif du cannabis devenu davantage dangereux, car sa concentration a triplé en une dizaine d’années. L’étude de Pediatrics révèle que les formes hybrides de cannabis permettent une récolte plus abondante contenant ainsi plus de THC et remplacent de ce fait les plantes traditionnelles. Par conséquent, les risques de cette forte concentration rendent les effets plus nocifs qu’ils ne l’étaient déjà, sans compter la ténacité de l’effet addictif.

Le cannabis, haschisch, shit, marijuana, ganga, de ces différentes appellations, altère les cellules du cerveau entrainant des effets tels que la fatigue, des changements d’humeur, une diminution physique, un amoindrissement des capacités cérébrales et des troubles de la mémoire ainsi que de l’apprentissage. Les principaux signes d’intoxication sont la somnolence, l’agitation, la dilatation des pupilles, le relâchement musculaire (hypotonie), la tachycardie, la détresse respiratoire, les convulsions, voire le coma.
Les effets du cannabis lors d’une consommation régulière sont indéniables ayant aussi un fort impact sur la sphère psycho-sociale de part l’isolement social mais également scolaire.
Et pour cause, selon une expertise collective menée par l’Inserm en 2014, 47,8% des jeunes de 17 ans auraient déjà gouté au moins une fois à cette drogue, 7% chez les garçons contre 3% chez les filles. A cela s’ajoute, l’anxiété, la dépression, le soucis de se procurer une substance illégale, etc.

Quand le cannabis, drogue destructrice devient un traitement médical recommandable

Bien que le cannabis soit illégal et une des drogues les plus consommées en Europe avec près de 79 millions de consommateurs, dont le record est à 40,9% en France contre 35,6% en Danemark et 30,4 % en Espagne, avec ses effets pour les moins dangereux voire mortels, cette plante s’avère être également un médicament, un antalgique pouvant soulager des douleurs de types neuropathies ainsi que des douleurs musculaires douloureuses à l’instar de la sclérose en plaques. Un antalgique également issu de la THC, suscité comme étant le coeur de la drogue consommée. Il agit sur les récepteurs impliqués dans la transmission de la douleur au niveau du cerveau et du reste du corps.
Le professeur et président de la Société Française d’étude et de traitement de la douleur, Serge Perrot, explique que « le cannabis soulage certains patients aux douleurs complexes, et qui ne répondent pas aux antalgiques classiques. Mais l’effet sur la douleur est très modeste. Par contre, il réduit également l’anxiété et les troubles du sommeil chez ces sujets, ce qui améliore globalement leur état ».

Pour en témoigner, nous avons également pu voir circuler différentes vidéos à travers les réseaux sociaux, de personnes souffrant de maladies telles que la maladie de Parkinson, le Syndrome de Gilles de la Tourette, et présentant leur état avant et après la prise de cannabis. Le résultat est pour le moins bluffant pour le spectateur qui assiste à une transformation impressionnante à première vue, démontrant parfaitement la souffrance quotidienne de ces personnes, et ce moment de soulagement et de répit pour eux, malgré sa courte durée quoique précieuse face à la souffrance.

La version thérapeutique du cannabis est pour l’heure disponible dans certains pays comme l’Allemagne, la Belgique et l’Angleterre, sous forme de comprimés, de feuilles à inhaler, ou à inclure dans les recettes culinaires (gâteaux, etc.).
En France, pour le moment, uniquement deux traitements existent, l’un trop ancien « le Marihol », et très peu efficace, nécessitant l’autorisation de l’ANSM le rendant de ce fait rare et l’autre datant de 2014 le « Sativex », encore invendu car l’accord de prix ne parvient à être fixé entre le laboratoire et les autorités de santé.
Il est important de soulever que cette indisponibilité sur le marché pousse des malades à s’en procurer illégalement, de bouche à oreille, et l’expérimenter pour trouver la dose qui les soulagerait, au grand désarroi des médecins et équipes médicales. Le Professeur Didier Bouhassira, du centre d’évaluation et de traitement de la douleur de l’hôpital Ambroisse Paré, interrogé par Le Figaro, reconnaît que « Cette situation est tout à fait paradoxale. Faute d’accès au cannabis médical, certains patients expérimentent le cannabis ou le fument régulièrement de façon illicite, et il est impossible de connaître leur consommation, en quantité et en qualité. Or, une utilisation bien encadrée réduit le risque d’effets indésirables (nausées, vertiges, maux de tête), et surtout d’addiction. Enfin, seul un professionnel saura détecter certaines contre-indications. L’absence d’encadrement est donc cause d’une perte de chance pour les patients […] Nous n’avons même pas le droit de mener des recherches sur le cannabis médical, en France. C’est dommage, le pays se prive d’une option thérapeutique supplémentaire pour soulager certains patients ».

Un dilemme pour le gouvernement

Un dilemme tout simplement entre le fait de vouloir éviter sa consommation illégale entrainant des addictions mortelles, overdoses, accidents mortels ou provoquant de lourdes séquelles tout en connaissant sa qualité thérapeutique et médicale face à plusieurs maladies. Aussi, la question sanitaire s’avère problématique, car le cannabis relève différents aspects qui ne peuvent être négligés, comme son influence sur le circuit économique. En effet, sa vente comme sa consommation illégales génèrent des recettes monétaires non négligeables mais qui échappent totalement au contrôle du gouvernement.

Un gouvernement quelque peu impuissant, à la recherche sans doute d’un équilibre, de mesures de prévention et de contrôle. Car si le cannabis soulage quelques maladies, physiques comme psychiques, attire nombre de jeunes, brisant leur avenir aux prix de quelques mauvaises amitiés et influences, ou soit pour échapper au stress, à la pression de la vie en voulant décompresser ou se faire accepter, il est avant tout une drogue et un danger pour quiconque en abuse. Un cercle vicieux pour les victimes, voulant à chaque prise retrouver cet état d’extase et oublier ce qui entoure. Malheureusement ces addictions chez les jeunes perdurent jusqu’à l’âge adulte, où la majorité se convainc de pouvoir gérer leur consommation, et d’autres se sont complètement coupés de la vie réelle, de la société, terrés dans l’obsession.

Et face à une demande de plus en plus importante et répandue, car nous vivons dans un monde de plus en plus exigeant, compétitif, concurrentiel, où règne la loi du plus fort, avec une pression importante, étouffante, et ce dans tout milieu, professionnel, familial, où certains ne parviennent plus à joindre les deux bouts et se tournent vers le marché noir, pour se soulager ou arrondir les fins de mois, les fournisseurs n’hésitent pas à pousser le vice et proposer des produits biaisés, davantage nocifs et ravageurs. Résultat, plus d’addicts, plus de malades, plus de morts.
Il nous faut ouvrir les yeux et voir que la souffrance est tout autour de nous.

Car le Fils de l'homme est venu sauver ce qui était perdu. [Matthieu 18 v.11 - Bible]

Chers lecteurs, sachez-le, le plan de Dieu n’a jamais été que son peuple souffre ni meurt, et ne le sera jamais. Voyez, qu’à cause du mal qui a infecté l’Homme, Dieu envoya son fils pour nous sauver. En effet, Christ vint ici-bas pour que nous soyons des Hommes libres et affranchis spirituellement, physiquement et mentalement. Il faut savoir que les addictions sous toutes formes, comme les antidépresseurs, l’alcool ou encore les drogues, sont des prisons mentales dénotant une dépendance incontrôlable, une tactique de l’ennemi pour détruire l’Homme. Mais Dieu dans son amour, sa miséricorde ne nous abandonna et établit un plan pour libérer les captifs et les opprimés [Luc 4 v.18-19]. Tout comme il nous accorda son Esprit Saint pour nous coacher, nous guider dans sa voie, nous apporter la force spirituelle, mentale et physique dont nous avons besoin pour vaincre et mettre à terre toute oeuvre malsaine, car l’Homme sans Dieu n’est rien et ne peut s’en sortir seul.

Quelqu'un parmi vous est-il dans la souffrance? Qu'il prie. Quelqu'un est-il dans la joie? Qu'il chante des cantiques. Quelqu'un parmi vous est-il malade? Qu'il appelle les anciens de l'Église, et que les anciens prient pour lui, en l'oignant d'huile au nom du Seigneur; la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s'il a commis des péchés, il lui sera pardonné. Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficacité. [Jacques 5 v. 13-16 - La Bible]

Chers lecteurs, connaissant les ravages des addictions et ses différentes causes, nous avons un rôle important à jouer les uns envers les autres. S’aider, se soutenir, se supporter, s’accompagner et prier les uns pour les autres, pour braver les difficultés mutuelles. D’autant qu’à son Eglise, Christ donna le pouvoir d’aller vers les nations, de guérir les malades de leur souffrance, et chasser le mal et ses démons.

Pour l’heure, la consommation de cannabis est passible d’un an de prison et de 3750€ d’amende. Mais un rapport parlementaire préconiserait à défaut d’emprisonnement une amende entre 150 et 200€ pour les consommateurs de drogues.

author

Sandylène Mankangila

Artistes Press

Artiste, Journaliste présentatrice, assistante de tournage, Perchwoman 🎤🎬🎧🎼,👩🏽‍💻 Entrepreneuse

Partagés récemment

Ajouter un commentaire