L’alcoolisation foetale, première cause d’handicap non génétique chez l’enfant en France

news-details
Santé

« Zéro alcool pendant la Grossesse », est le nouveau plan de sensibilisation mis en place par la Santé Publique France pour sensibiliser les femmes lors de leur grossesse avec pour slogan : « Parce qu’aujourd’hui personne ne peut affirmer qu’un seul verre soit sans risque pour le bébé: par précaution, zéro alcool pendant la grossesse. »
Sujet tabou ou par manque d’information, peu de femmes ont connaissance des lourdes conséquences qu’il peut y avoir sur l’embryon, le foetus, lorsque la mère consomme de l’alcool même occasionnellement durant sa grossesse.
Malformation crânienne et faciale, retard in-utérin et post natal ainsi que des atteintes au système nerveux central, sont pour l’heure, des conséquences connues sur la santé du bébé.

« J’étais jeune, je faisais la fête et je buvais jusqu’à une bouteille de whisky le week-end, on nous avait appris à l’école à enfiler une capote sur une banane mais personne n’a jamais pensé à nous mettre en garde contre l’alcool », témoigne Caroline à l’équipe du Figaro.
En effet, Caroline eut son premier enfant à 18 ans, non informée des risques de l’alcoolisation lors d’une grossesse, tout en ayant appris sa grossesse tardivement. Aujourd’hui, sa fille, âgée de 17 ans, garde des séquelles de cette courte période où sa mère s’était alcoolisée en début de grossesse (alcoolisation foetale, Ndlr). Pour cause, le Syndrome d’Alcoolisation Foetale (SAF) génère de nombreuses malformations selon ce que nous présente le site Doctissimo : retard de croissance (poids, taille et/ou périmètre crânien), malformations au niveau de l'aspect du visage : un nez court, retroussé, et une racine du nez aplatie, la lèvre supérieure courte, la mâchoire inférieure en retrait, les yeux petits avec un épicanthus (repli de la peau recouvrant l'extrémité interne de l’œil), des malformations cardiaques, des organes génitaux, et des articulations.
Le SAF peut également provoquer des troubles neurologiques lorsque le système nerveux est atteint ; un retard mental, des difficultés d’apprentissage : troubles de l’attention, de la mémoire, du raisonnement abstrait, des troubles du calcul, des troubles du langage, une déficience sensorielle (surtout visuelle), des troubles du comportement : troubles des facultés d’adaptation et des conduites sociales, source de difficultés d’insertion sociale.
Caroline est en effet loin d’être un cas isolé, devant la toute première étude d’alcoolisation foetale révélée.

D’après la Santé Publique France, 60% des femmes enceintes disent avoir été informées des risques de boire de l’alcool pendant leur grossesse, 10% admettent avoir consommé occasionnellement de l’alcool durant cette période.
Il est important de savoir qu’en France, l’alcoolisation foetale est la première cause d’handicap mental non génétique chez les enfants, où près de 3.207 nourrissons auraient présenté au moins une conséquence d’alcoolisation foetale entre 2006 et 2013 correspondant ainsi à 1 nourrisson par jour.
Les messages de santé publique sont désormais plus clairs à ce sujet, recommandant vivement de ne pas boire d’alcool lors d’une grossesse à tout stade, et ce, dès les premières semaines. La ministre de la santé Agnès Buzyn, qui en fait l’un de ses dossiers les plus importants, envisagerait d’augmenter les tailles des pictogrammes « interdit aux femmes enceintes de boire de l’alcool ».

Face au manque d’informations, la négligence, la prise de risque ou pas, il n’est en aucun cas question de culpabiliser ni d’accuser les mères se retrouvant dans cette situation. Le manque de connaissance n’est bon pour personne, et être parent est en effet un devoir qui s’apprend. Nous ne naissons pas parents, nous apprenons à l’être, à le devenir, dans l’objectif d’apporter le meilleur à nos enfants ; une bonne éducation, un bon apprentissage de la vie, du sens des responsabilités, des affaires, nous leur apprenons à poser tels ou tels regards sur le monde. Nous avons pour devoir de les pousser à être meilleurs que nous, à viser plus haut. Nous devons être une aide, un soutien aussi physique que moral.
Mais avant même que ces petits êtres ne voient de leurs propres yeux la lumière de cette terre, notre rôle de parent, de mère, commence déjà.

Ainsi la grossesse est une période importante dans la structure physique ; le corps change, créé de la place pour son invité, qui n’est pas le seul impacté, car d’un point de vue psychologique, le couple l’est également. Il s’agit en effet, d’une période de changement avec l’arrivée d’un nouvel être ; une nouvelle dimension de responsabilité, une pression, un challenge, un bouleversement émotionnel, fait de questionnements. Cette période de 9 mois permet à l’embryon de se former, de pousser et ce, uniquement grâce à la mère, au travers du cordon ombilical.
Tout un suivi est mis en marche, l’hygiène et les habitudes de vie changent, on pense maintenant pour deux, et nos actes, notre alimentation ne sont plus à prendre à la légère. La femme enceinte est scrupuleusement suivie tant par le gynécologue-obstétricien, les sage-femmes que via différentes séries d’examens ; échographies, prise de sang, suivis médicaux, régime alimentaire, surveillance accrue face à des maladies dangereuses lors d’une grossesse telle que la toxoplasmose, rubéole, etc.
Tout au long du cycle, des contrôles et examens précis sont réalisés pour veiller au bon déroulement de la grossesse comme la surveillance des urines pour prévenir contre le diabète gestationnel, la tension artérielle, ainsi que l’amniocentèse permettant de dépister la Trisomie 21. Effectivement notre société est très bien organisée quant à la prise en charge d’une grossesse afin que tout se passe correctement.

Mais la femme en plus de tout cela a également une très grande responsabilité. Pour la mère en devenir, un équilibre doit se former, une nouvelle routine, une nouvelle hygiène de vie, une alimentation peut-être plus saine, plus variée, éviter tout stress, la pression, pour gérer l’évolution de cet invité et tout ce que cela comporte.
Toute nourriture ingérée est directement transmise au foetus et il en est de même pour la boisson, l’alcool étant le plus nocif, sans compter les mères qui continuent de consommer de la drogue durant leur grossesse. N’oublions pas que la femme est reconnue pour être en général quelque peu têtue et ce, malgré les risques.

Chères lectrices, je ne vous apprends rien, et cette démarche n’a que pour objectif de sensibiliser et réveiller les consciences. Bien que nous soyons dans une période valorisant l’individualisme, nous vivons pourtant en communauté, à travers nos origines, nos emplois, nos amis, nos églises. Et vivre ensemble, entouré, nous permet de prendre soin les uns des autres, en sus du respect mutuel, l’amour doit être le fondement de toute relation et tout échange, nous permettant d’éviter à notre prochain de commettre des erreurs. A l’Homme qui plus est chrétien, Dieu a donné son esprit non de crainte mais d’amour et de conseil [cf. 2 Timothée 1 v.7 - Bible]. Voilà pourquoi il doit nous être impossible de laisser à l’abandon notre prochain commettre des erreurs et encore moins de le juger, mais au contraire il nous convient de conseiller, prévenir, aider. Prier pour l’autre d’un coeur sincère active davantage notre justice [Jacque 5 v.16 - Bible].

Chers lecteurs, quelle que soit la situation de notre prochain, n’ayons crainte de lui apporter une parole douce, pleine de conseils et d’amour pour l’aider et veiller. Car plusieurs personnes agissent mal, faute d’informations, de connaissance. De quoi réjouir le père du mensonge dont l’objectif est de détruire l’Homme, refroidir son amour, anéantir l’espoir et la vie.
Quelle est donc notre part, si ce n’est témoigner l’amour du Christ à tous, et plus encore aux personnes qui se mettent en danger, à ces mères qui portent en elles la vie, la jeunesse, l’espoir de demain, une génération de leaders.

author

Sandylène Mankangila

Artistes Press

Artiste, Journaliste présentatrice, assistante de tournage, Perchwoman 🎤🎬🎧🎼,👩🏽‍💻 Entrepreneuse

Partagés récemment

Ajouter un commentaire