29 ans, il retrouve l’usage de la marche grâce à une électrode implantée dans sa colonne vertébrale

news-details
Science

Paralysé de ses membres inférieurs, la moelle épinière endommagée au niveau du milieu du dos, ne pouvant ni bouger, ni sentir quoique ce soit sur cette partie du corps, un jeune homme de 29 ans, a pu remarcher à nouveau. En effet, ce jeune homme avait perdu l’usage de ses jambes suite à un accident de motoneige, qui le rendit paraplégique. Pensant ne plus jamais pouvoir remarcher un jour, il l’a pourtant fait et ce, sur près de 102 mètres en une année grâce à cette dernière expérimentation basée sur des études dirigées par le docteur Kristin Zhao.
Ce nouvel espoir réside dans une électrode, un système implanté dans la colonne vertébrale qui via l’influx de stimuli électrique provoqué, permet le contrôle volontaire des jambes.

Ainsi, ce jeune paraplégique a pu suivre 113 sessions de stimulations électriques combinées à des exercices physiques pendant 43 semaines. Deux semaines plus tard, il pouvait se lever, marcher à l’aide d’un harnais grâce à ces stimulations électriques. Avec beaucoup de determination, il put parcourir l’équivalent d’une longueur de terrain de foot en une année, précise le Dr Zhao.
Il s’agit là d’un nouvel exploit face à ces recherches, car jusqu’à présent il avait été possible pour des volontaires paraplégiques de bouger volontairement leurs chevilles, hanches, ou leurs orteils mais encore jamais de marcher grâce aux stimulations électriques. Ne s’arrêtant pas là, ce jeune homme est même parvenu, cette fois-là, à marcher sans harnais, à l’aide d’appuis grâce à un déambulateur, en se tenant aux barres d’un tapis roulant et en trouvant l’équilibre sur ses jambes, nous précise BFMTV.

C’est la première fois qu'on peut mettre en oeuvre chez un homme totalement paralysé du bas du corps un processus de marche sur tapis roulant ou avec déambulateur, souligne le Dr Kristin Zhao.

Il est tout de même important de souligner que malgré cette grande prouesse, les effets ne fonctionnent que grâce à la stimulation électrique, or dès lors qu’elle cesse, le patient reprend ses habitudes quotidiennes en fauteuil roulant, revenant à son état de paralysie initiale. Jusqu’alors étudié sur un seul individu, le Dr explique qu’il faut poursuivre la recherche dans ce domaine pour mieux comprendre qui peut bénéficier de ce type d’intervention.
Plus souvent accidentelles, la paraplégie, la tétraplégie sont des accidents touchant la moelle épinière, très souvent dus à des accidents de la route, sportifs, liés à une chute, à un plongeon ou encore à cause d’une agression. Les jeunes et surtout les hommes en sont les premières victimes. Seulement dans 1/4 des cas, ces atteintes peuvent être non traumatiques à la moelle épinière, ayant pour cause des tumeurs, malformations, infections, inflammations, voire accidents d’anesthésie appelés tétra ou paraplégie médicale.

Accidentel, traumatique ou génétique, une paralysie, un handicap, une maladie n’est pas une volonté de la part de notre créateur. Il est parfait, alors pourquoi nous aurait-il créé imparfaits ?! Deux choses l’une, quelque puisse être notre état actuel, Christ fut envoyé pour nous sauver, nous guérir, en effet, rappelez-vous l’histoire du paralytique qui fut guéri par Pierre [Actes 9 v 34], ou encore celui qui souhaitait se jeter dans la piscine sans le pouvoir, mais déterminé à attendre, sa foi le guérit [Jean 5 v 7-8].
Christ à travers sa venue, suscita en nous l’espoir, créa en nous la foi. Cette foi capable de déplacer les montagnes, pouvant amener à l’existence ce qui n’existe pas, renoncer à un état établi pour en apporter un nouveau. Il en est de même pour la maladie, à travers ses miracles, Christ donne l’espoir et permet de croire que par notre foi en l’invoquant nous pourrons marcher, voir pour un aveugle, entendre pour un sourd, parler pour un muet voire même retrouver l’état initial avant que la maladie n’apparaisse.

De même, de naissance ou accidentel, malgré l’allure à laquelle les prouesses scientifiques repoussent les limites de l’entendement, grâce à la technologie parvenant à trouver des remèdes et des solutions improbables, Christ ne demeure pas moins le seul recours possible pouvant guérir l’incurable, ramener à la vie ce qui n’était plus ou n’existe pas, et notre foi est encore une fois une grande arme face à toute difficulté, perte, face à l’inexistant.

Chers lecteurs, les écrits ne mentent pas, l’aveugle que Christ guérit en mettant sur ses yeux de la boue mélangée à sa salive, n’était-il pas aveugle de naissance ?! [Jean 9 v 6] C’est pourquoi, demeurant à sa quête, Christ nous rend parfait, nous corrige, nous guérit grâce à notre foi, grâce à notre persévérance, afin que sa gloire ne cesse d’éclater et que nous ne cessions de témoigner ses oeuvres. Cette avancée technologique est une victoire, un exploit et un regain d’espoir pour toutes ces personnes pour l’heure paralysées.

La science et la médecine appartiennent au Seigneur. Chère église, chers frères, soeurs, élevons nos voix et prions pour les personnes atteintes d’handicaps, allons, apportons notre aide auprès des centres, services hospitaliers, associations, pour prier, apporter la bonne nouvelle de notre créateur, apporter espoir, joie, amour et foi. N’est-ce donc pas notre mission ?
Prions également pour cette équipe aux Etats-Unis, premièrement qu’elle puisse par cet incroyable progrès aider toutes ces victimes à retrouver l’usage de leurs membres, puis qu’elle se développe, trouve de nouvelles techniques pour toutes ces personnes à qui les mots «  impossible, improbable, incurable » ont été dits, de sorte que notre Seigneur suscite en ces scientifiques et médecins encore plus de savoir et d’intelligence.
N’oubliez pas, la prière du Juste a une grande efficacité.

author

Sandylène Mankangila

Artistes Press

Artiste, Journaliste présentatrice, assistante de tournage, Perchwoman 🎤🎬🎧🎼,👩🏽‍💻 Entrepreneuse

Partagés récemment

Ajouter un commentaire