La cardiomyopathie, 40% de causes génétiques

news-details
Science et santé

« Plus tôt nous identifions les parents avec la mutation, mieux nous pouvons les gérer et prévenir les complications, y compris la mort subite cardiaque », explique le Professeur Charron, cardiologue de l’hôpital parisien La Pitié-Salpêtrière.

Ce 24 janvier 2018, le magazine « European Heart Journal » a publié une étude européenne sur le caractère familial des cardiomyopathies à savoir les maladies du muscle cardiaque.
Parce qu’en effet, les cardiomyopathies sont les causes majeures de mort subite chez les jeunes adultes et 40% sont avérés être d’origine génétique. L’objectif de cette étude menée par le Professeur Charron est d’avoir un regard plus précis sur les caractéristiques de ces maladies afin d’en avoir une meilleure prise en charge; une étude ayant inclus plus de 3000 patients atteints de cardiomyopathie à travers 18 pays européens.

Nous ne sommes pas sans savoir le nombre important de jeunes sportifs de haut niveau, tombés subitement sur le terrain suite à un arrêt cardiaque.
Ces maladies touchent une personne sur 300 en Europe. En effet la cardiomyopathie compile un ensemble de maladies cardiaques qui ont toutes un point commun, affaiblir le cœur, atteindre le muscle qui ne permettra pas au cœur de faire circuler le sang. Le professeur Philippe Charron explique qu’à l’heure actuelle, il s’agit d’un enjeu de santé publique car elles représentent les principales causes de mort subite et d’insuffisance cardiaque chez les moins de 40 ans. Il ajoute qu’effectivement les dépistages sont déjà réalisés pour prévenir mais ne le sont pas suffisamment chez les jeunes même en cas de mort subite.
Interviewé par Le Figaro, il insiste sur le fait qu’au vu du pourcentage important des formes génétiques, il serait nécessaire de pouvoir les détecter chez les membres de toutes les familles où apparaissent ces cas. Pouvant se déclarer à des âges très variables, ce dépistage familial s’adresse aux membres de moins de 10 ans et à ceux de 50-60 ans.

« Car l'âme de la chair est dans le sang », appuie la Bible [Lévitique 17:11]. Par le sang se véhiculent donc toute sorte de fléaux héréditaires, de maladies qui viennent condamner des vies même à fleur de l’âge. La médecine peut permettre de les détecter voire les traiter si possible… Mais garantit-elle pleinement leur éradication notamment pour les générations suivantes, pour nos enfants ? Peut-elle purifier le sang et en ôter toutes cellules ancestrales et destructrices ?
Le sang de Christ, lui, le peut ! Nous nous souviendrons toujours qu’à la croix, Christ, dont le sang a coulé pour nous, a porté nos meurtrissures et nous a guéris de nos maladies et infirmités. Son sang peut purifier notre sang en profondeur, en éliminer toute semence héréditaire et couler en nous. C’est par le sang précieux de Jésus-Christ que nous sommes rachetés des héritages mortels de nos parents et aïeux, et par conséquent que nos générations suivantes peuvent être aussi épargnées.

En sus de la génétiques, la science vient appuyer que certaines de nos habitudes, notre mode de vie, le stress, la pression, le manque d’activités sportives, le tabac, l’alcool, l’alimentation grasse peuvent être des facteurs de ces maladies. Alors soyons en alerte, écoutons notre cœur, car il est vrai qu’avec la vie que nous menons, au rythme du stress, où les temps morts sont peu fréquents, nous ne devons pour autant cesser d’écouter notre corps. Les symptômes sont dans un premier temps intrinsèques, mais certains cumulés peuvent nous alerter, tels que la fatigue, les palpitations, les essoufflements à l’effort, les malaises, les douleurs thoraciques, les œdèmes des membres inférieurs. Si vous présentez ces symptômes, il est important de prendre rendez-vous avec votre médecin rapidement.

Cela vient mettre en lumière un autre aspect tout aussi important pour notre santé physique, qui est notre bien-être spirituel. L’un ne marche sans l’autre. Nous ne devons négliger l’impact de notre santé psychique, nos pensées, l’état de notre esprit, de notre âme sur le corps. D’où le célèbre adage « un esprit sain dans un corps sain ». Il convient alors de nourrir notre état spirituel. Et il n’est de meilleure nourriture pour notre âme que la Parole de Dieu. Celle-ci nous procure et nous maintient dans une bonne santé, dans la paix, la joie, la quiétude, l’assurance, etc. Pensons-y !

Car survivre dans un monde où sévissent toutes ces maladies doit nous rappeler de continuellement rendre grâce et nous rapprocher de Celui qui nous protège, nous maintient en vie, nous fortifie, et nous guérit. Dieu. Car voyez-vous, par ignorance de ces symptômes ou malgré des traitements, beaucoup ne survivent. Grâce à Dieu, la médecine a évolué et peut prévenir des risques, certes, mais face à ses limites, seul Christ peut nous guérir totalement et efficacement, au moyen de son sang et sa Parole.

« Une longue vie est dans sa main droite, dans sa gauche se trouvent la richesse et la gloire. Ses voies sont des voies agréables et tous ses sentiers sont des sentiers de paix. Elle est un arbre de vie pour ceux qui s'attachent à elle, et ceux qui la possèdent sont heureux. » [Proverbe 3:v16-18 – La Bible]
author

Sandylène Mankangila

Artistes Press

Artiste, Journaliste présentatrice, assistante de tournage, Perchwoman 🎤🎬🎧🎼,👩🏽‍💻 Entrepreneuse

Partagés récemment

Ajouter un commentaire