Ne vous inquiétez pas,votre père sait de quoi vous avez besoin

Une exhortation écrite par Yannick NILA

Lorsqu'on fait connaître nos besoins à Dieu comme nous le dit Philippiens 4:6, nous attendons patiemment dans l'espérance. Dans le cas d'inquiétude, notre esprit nous renvoie toutes les impossibilités qui pourraient nous faire croire que la chose demandée à Dieu ne nous parviendrait pas. J'ai écouté un homme dire : "un cœur inquiet ne prospère pas"; c'est évident pas vrai ?
C'est difficile de ne pas s'inquiéter je sais, c'est normal de s'inquiéter parfois. C'est aussi humain, on s'inquiète souvent, parfois, parce que nous n'avons pas de raison de ne pas s'inquiéter. Voici ce petit texte que m'inspire le Saint-Esprit, j'espère pouvoir te donner une raison pour ne plus vivre dans cette inquiétude.

Pour commencer j'aimerais dire, très cher lecteur, « Dieu nous a connus au préalable avant nous, Il nous a tous prédestinés, et tous nos problèmes ont déjà été précédés, cela faisait partie du Gand plan de rédemption »

Les ténèbres sont entrés dans nos vies, la nuit s'est levée dans notre existence & l'obscurité a envahi la lune, notre repère. Nous sommes seuls dans le noir, nous sommes seuls incompris, nous sommes comme ce coup d'arme à feu qui retentit, un fragment de lumière qui s'étend dans le vide du décor noir impressionniste mais sans éclat endurant.

Aux abois, nous gigotons comme des chiens errants qui gémissent sur une route entassée. Ce sont les cris de nos cœurs, que personne ne pouvait écouter. Nous gémissons et nous disons en nous, Seigneur pourquoi toute cette situation dans nos vies ? Certes !!!

Nous sommes plus d'un à crier sans que personne n'écoute nos cris du cœur, qui gémit dans le couloir obscur de l'abîme d'un coin de notre âme qui s'évanouit dans le vide du néant sans que personne ne nous vienne en aide. Nous avons entendu parler de la promesse du repos, la vie en abondance, une joie parfaite. Nous avons une et une seule question : qu'en est-il de ces promesses ? Nos cœurs en dépeindre, nos cris, nos peines, nos souffrances, nos situations les plus dures ne peuvent être le résumé de notre salut jadis.

Je voulais souligner un point important, le Seigneur dit dans son discours : [ Matthieu : 6:34 ] « ne vous inquiétez donc de rien, [ Matthieu 6:8 ], votre père sait que vous en avez besoin ». Ma question est la suivante : de quoi avons-nous besoin ? « La paix, la joie, l'amour dans notre existence, la bonne santé ; n'est-ce pas ? ». Bien évidemment tout le monde le désire. Voici une autre parole semblable, que plusieurs d'entre nous récitent, même ceux qui ne lisent pas, on a plus ou moins entendu parler de cette citation prononcée par le prophète David il y a des siècles bien avant le nouveau testament : « Lorsque je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal » [ Psaumes 23 : 4 ]. Dans cette citation assez poétique il y a le mot « crainte », autrement dit « aucune inquiétude, pas de peur ou autre… ».

Ex : "Imaginez-vous acheter et construire une maison d'une manière ou d'une autre, tu dois avoir un plan et aussi dans ta pensée le besoin de l'aménager bien attendu. Bon ! Imaginons une minute que la maison se mette à murmurer ou à s'inquiéter après la construction, qu'elle est « vide » ? Ah ! Quelle ironie. Vous voyez tout ceci n'est pas cohérent, or chaque prince et princesse sont appelés à être cohérents dans la maison de leur roi, et rester crédibles aux yeux de tous pour la couronne." Ainsi le Seigneur nous pose cette question assez emblématique : qui de vous par ses inquiétudes peut rajouter une coudée à la durée de sa vie ?

Bien heureuse pensée, je ris même cependant, nous sommes une maison bâtie de ses propres mains, construite selon son plan, un parfait chef d'oeuvre qui lui tient à cœur, nous sommes son véritable trésor et il porte toute son attention sur nous. « Dieu nous a tous précédés. Je dis, frère, nos souffrances, nos situations que nous décrivons être les plus dures ne peuvent être le résumé de notre salut ».

C'est vrai que nous avons parfois des turbulences dans notre vie mais c'est vrai nous avons aussi des moments de grand sourire, mais il est bon à savoir le pourquoi, ces turbulences dans notre vie arrivent pour nous stabiliser car nous sommes en plein vol et nul ne sait où l'on va, car nous sommes nés de nouveau, nous sommes dirigés comme un grand coup de vent qui souffle dont personne ne soupçonne la provenance ni où il se rend, nous sommes des roses rares qui poussent au milieu du désert.
A vrai dire nous ne savons qu'être conscients de ce que nous devenons en Christ, à savoir des nouvelles créatures ; des créatures en plein développement pour la gloire de Dieu.

« Heureux ! En nous la gloire éclate, elle éblouit souvent les yeux de nos adversaires, ils ne peuvent me voir en face d'eux, voilà avec allégresse je mange sur une grande table, mon Seigneur me revigore ».

A savoir cher lecteur, les voies de Dieu sont immuables et l'impossibilité ne connaît pas son chemin, Gloire !!! En lui nous avons un puissant encouragement, nous, dont le refuge a été de saisir l'espérance qui nous a été proposée. Cette espérance nous devons la posséder, comme une ancre de l'âme, sûre et solide, car le Seigneur pénètre au-delà du voile, lui, le précurseur, lui, qui est souverain sacrificateur à perpétuité selon l'ordre de Melchisédech. [ Hébreux 5 :10 ]

Son amour est un support sur lequel nous y inscrirons à la fin nos douleurs et toutes nos peines, alors lui l'auteur de l'amour, il essuiera toutes nos larmes à leur source, nous serons en ce jour-là des êtres nouveaux pour l'éternité. Nous serons pardonnés nous retournerons à la gloire dans laquelle nous avions été autrefois, avant la fondation du monde, entre ses bras. Son pardon nous conduit dans le tréfonds de sa gloire, la gloire à laquelle nous avions tous été prédestinés avant que tout subsiste.

Quoi qu'il arrive, tiens bon, ton Dieu t'a précédé, il sait de quoi tu as besoin. Car il nous a choisis dans le secret et il nous a aimés dans le secret, il nous a tissés également dans sa profondeur secrète, il nous forge bien comme ses vaillants, nous sommes ses athlètes, nous tombons certes, mais il sait nous relever en criant avec ferveur Abba Père.

Lire le chapitre 2