Si nous avons connu l'injustice auprès des Hommes, comment demeurerions-nous encore comme étant des Hommes injustes en Christ ?!

Exhortation écrite Par Yannick NILA

Introduction

1 Le Christ prenait souvent la parole dans les places publiques, et annonçait la bonne nouvelle du royaume des cieux. Il évoquait le sujet de la création, de la maladie, de la mort, la vie, de la vérité, la lumière et bien d’autres. Il arborait avec simplicité la notion de l’invisible Dieu, le Père créateur de tout, il l’explicitait dans son éloquent discours. Il a su nous la consigner de la manière la plus exacte et précise, sans entrave et cession. Pour le Christ, tout était à portée de main, « le ministère caché de la puissance glorieuse du fils de Dieu », et tous ces éléments qui viennent pointer du doigt le caractère, les motivations jusqu’à relater les intentions, la conduite même du créateur et père de tous les esprits. Il relatait de la manière la plus banale, les choses les plus viles, qui caractérisaient même le principe de l’amour de Dieu, qui au départ fut vu comme une contradiction dans le coeur de ses aïeux.

Voilà une partie de l’histoire !
[Luc 5:31-32] La Bible « Jésus, prenant la parole, leur dit: Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler à la repentance des justes, mais des pécheurs. »

2 Cher journal, au cours de notre randonnée sur cette terre, nous avons connu tous de l’injustice, pour certains bien plus tôt que les autres, bien plus tôt et bien très douloureuse. Nous l’avons connue auprès de nos aïeux, amis, frères ou sœurs, auprès de nos parents, nos collègues de boulot ; Et nous avons cherché à faire appel, afin que les gens parlent en notre faveur. Qu’est-ce donc la vérité ?! Quelle est donc la vérité !? Si le fer n’aiguise que le fer et que celui qui tue par l’épée meure par l’épée, alors en vivant comme des hommes et femmes injustes, nous n’avons pu attirer vers nous que de l’injustice, n’est-ce pas vrai !? C’est la vérité. Qu’est-ce donc la vérité à ce sujet ?! La vérité, cher lecteur, est : Si tu sèmes le vent tu récoltes la tempête, et les nombreuses canailleries par lesquelles nos aïeux ont pu peut-être nous indigner, reposent assurément sur le fait que tous pensent que tous mentent.

« Nous le sommes tous, nous le sommes profondément, injustes envers nous-mêmes, envers nos aïeux et envers Dieu, et Dieu le sait bien, que nous sommes tous des pêcheurs et il nous appelle tous à la repentance pour être juste justes, rien de bien plus compliqué. »

3 Cela dit, si en nous il y avait ne fût-ce que le désir de faire appel à détruire la mauvaise nature que nous sommes et si en nous, nous pouvions reconnaître que nous sommes ou avons été d’une manière ou d’une autre des hommes et des femmes injustes au moins une fois dans notre pénible confort d’existence misérable, car nous le sommes vraisemblablement par notre nature, alors il est plus qu’évident que l’appel de la repentance nous concerne tous autant que nous sommes.

4 Par ailleurs, par nature, nous sommes injustes et malades, via toute forme de maladresse et pourtant nous ne suffoquons pas tels des poissons hors de leur confort « de l’eau ». Nous ne suffoquons au-dehors de la justice car nous sommes des adeptes de l’injustice en soi par pur état de conscience ou d’inconscience. Nous sommes addicts et dépendants de l’injustice, pour trouver des raccourcis pour assouvir notre propre justice fixée par nos règles, selon notre temps défini et l’ironie est que nous souffrons de ce mal en nous, le mal du poids de notre propre injustice infligée par nos aïeux, qui plus tard, se révèle bien plus toxique envers nous-mêmes.

5 Hé bien ! Cher journal, quelle est donc la vérité !? De prime abord, lorsque nous subissons de l’injustice, nous la vivons comme si l’on cherchait à nous greffer un membre mais notre corps le rejette désespérément. Puis nous vivons l’injustice comme étant une portée de charge bien lourde, « un fardeau » à lourde épreuve, nous éprouvant jusqu’à la répulsion impulsive. Ce qui nous semble à tous, tout à fait normal, n’est-ce pas ?! Car personne n’aime subir de l’injustice bien évidemment, ni toi, ni lui, ni moi ! Ça nous met hors de nous, ça nous sidère, cela nous résigne, c’est la vérité ! « Personne n’aime subir de l’injustice, ni toi, ni lui, ni moi, admettons-le ! » Je le sais et nous le savons tous autant, que si nous recherchons la justice, même de manière hypocrite, ou même hypothétique, c’est justement parce que nos cœurs ou notre être même ne supportent pas l’injustice de par leur nature, qu’elle nous soit donc infligée ou que l’on l’inflige, ce qui est tout de même ironique, non ?! Bref !!!

6 Je vais conclure en beauté ! Pour faire court, nous devons le faire, faire quoi donc ? Je nous exhorte à répondre à l’appel de la repentance, car cela nous concerne tous, et cela ne peut que nous faire beaucoup de bien de prier et de pleurer douloureusement aux pieds de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, des pleurs de douleur, d’amour et d’espoir ; par conséquent, en Christ nous serons par lui reconnus en Dieu comme étant justifiés. Par notre nature, nous avons été jugés inaptes aux bonnes œuvres et réfractaires au doux sentiment de réconciliation par la paix qui nous fut proposée par Dieu à travers son fils Jésus-Christ. Cependant, il faudrait déjà que le Christ, par son esprit qui nous pousse toujours à répondre à l’appel de la repentance, nous aide à comprendre que cela fut possible à ses disciples dans le passé, et qu’il en sera de même pour nous de nos jours car la parole de Dieu est inédite.

« S’ils ont connu l'injustice auprès des Hommes réfractaires, comment pouvaient-ils demeurer encore comme étant des Hommes injustes en Christ ? »

Si Dieu nous reconnaît, je pense qu’il répondra favorablement à nos prières et nos besoins comme il sait si bien le faire et donnera la solution à nos problèmes pour lesquels personne auparavant n’a su nous venir en aide, comme il vit si près de nous, profond et intérieurement secret… À suivre !!!

Lire le chapitre 2

Lire le chapitre 1