Quand la promesse n'est rien d'autre que toi

Une exhortation écrite par Yannick NILA

Chers lecteurs ce qu'il y a à savoir au sujet de la promesse est qu'elle n'a point été faite pour l'attendre ou pour aller la chercher ; elle a été faite et elle nous a aussi été déjà instaurée. Dieu ne nous donne pas l'amour, il nous fait devenir cet amour ; il ne nous donne pas la joie, il fait cette joie ; il ne nous donne pas l'espérance, il nous le fait devenir ; il ne nous donne pas la richesse, il nous fait riches ; il ne nous donne pas la bénédiction mais au contraire il fait de nous sa bénédiction.

Voyez-vous, vous êtes déjà devenus ces choses puisque grâce au sang et au témoignage de l'agneau, les choses ont pris des proportions plus prodigieuses que nous ne pourrions même pas imaginer, car l'amour de Dieu se renouvelle comme sa bonté continue de croître dans nos vies et n'a aucune fin.

« La promesse est claire : tel que je suis, tel que vous serez aussi, où je suis, afin que vous y soyez aussi ».

La question sera pourquoi ? La réponse est : afin que nous soyons pour ce siècle un signe de prodige, son miracle, « notez-le bien, pas que nous le devenions mais que nous le soyons », car son évangile n'est pas ouvert au dialogue ni au débat c'est un ainsi dit l'Eternel, un oui et un amen. C'est l'instant même, c'est maintenant, c'est lève-toi et marche.

Le concept de Dieu n'est pas d'avoir la richesse mais de l'être, c'est uniquement pour enrichir, pour être cette source de richesse pour nos familles et la société à laquelle nous appartenons. Il en est de même pour la Joie, la Paix, l'Amour ou l'Espérance.

Nous sommes donc sauvés et vainqueurs car il a éloigné la maladie du milieu de nous, il a éloigné la pauvreté de nous et il a supprimé la haine de nos cœurs, car le but du Seigneur est que nous le reflétions, que nous soyons véritablement son image.

« La promesse est claire : vous êtes la lumière du monde, vous êtes le sel de ce monde, nous sommes la lumière qui brille, nous sommes le sel avec saveur, Amen. »

Beaucoup courent vers ce qu'ils ont déjà, ils cherchent ce qui est entre leurs mains, quelle ironie. Voilà même de là où vient la thèse d'avoir et de posséder quelque chose, bon, là n'est pas vraiment notre sujet.

Une fois en Christ, vous êtes un sujet d'étude sur lequel le monde continuera de s'interroger ; un héritier ne court pas vers son trésor, car il lui est dû, n'est-ce pas ? Il court plutôt vers sa vocation royale, pas vrai ? Il apprend et s'instruit avant que vienne son jour de gloire et d'élévation. Vers sa place, dans sa majesté, pour sa couronne, car il est la promesse. « A celui qui vaincra, et qui gardera jusqu'à la fin mes œuvres, je donnerai autorité sur les nations », encore là une promesse. [Apocalypse 2 : 26] Alléluia !!!

Nous sommes le parfait reflet de sa bienveillance, l'image de sa main merveilleuse. Que rien ne nous sépare de l'amour de Dieu, que rien ne nous éloigne de sa présence.

Loin de Dieu nous mourons, nous cessons d'être nous-même, nous devenons une chanson sans mélodie, sans paroles, et nos bruits ou notre passage sur cette terre ne sera qu'un son qui résonne et qui se détériore dans le silence du néant. En gros des religieux qui courent tous les jours dans le temple pour pleurnicher.

Il nous a choisis, nous, pour le salut. Il nous a sauvés pour sauver ; il nous appelle dans son musée pour son œuvre plus qu'éloquente et il nous a fait le résultat de sa promesse. Choisissez à présent celui que vous voulez servir : vos intérêts ou le Roi. Vous aimez la bénédiction de Dieu ? Alors aimez aussi Dieu. Celui qui aime Dieu est connu de lui pour son royaume et la promesse c'est lui.

A suivre…

N'hésitez pas à aimer et à partager !

Lire le chapitre 2