Ô ! Qui m’a su ?!
Psaume de Yannick NILA

8th-post-featured

Qui a partagé ma tristesse, qui a vu mon chagrin, qui a compris mon mal-être et qui m’a secouru dans ma disette ?!

J'ai cherché le secours, je cherchais celui qui pouvait parler pour moi, celle ou celui qui pouvait me défendre, celui qui pouvait mettre les mots à mon état déprimant et me soulager de ma peine et me l’ôter même.

J'étais faible, abasourdi dans ma ville, j'étais assaillant par toutes les ironies dépravées de cette vie qui a amené de la sécheresse dans mon âme déjà en péril.

Je puisais dans toutes mes réserves, je cherchais dans mon fort intérieur au plus profond, au tréfonds, je recherchais, encore et encore, mais qui a écouté le cri de mon cœur, qui a compris mon état, qui m’a secouru et a trouvé les mots dans ma douleur pour m'apaiser, rasséréner ?

Je suis devant lui, mon Seigneur mon Christ. Je déverse tout à ses pieds ; sur lui je pose mes fardeaux ; je dépose toute ma faiblesse, que pouvais-je faire encore ? Il n’y a que lui qui a frappé à ma porte sans que je n’eusse rien demandé.

J’ai su que j’avais besoin de lui, besoin que de lui. Ô toi qui revigores !
J’ai besoin de toi ! Ô ! Toi qui donnes un nouvel essor, j’ai besoin de toi !
Tu vins afin que je ne sombre point ; je le sais à présent, afin que je ne sombre point dans ma déprime, afin que je ne chancelle point.

Ô Fidèle, je suis comme seul, mais tu es dans un coin de mon âme, tu rassures mes élans intérieurs et profonds. Ce mal qui me couvre et frôle ma peau qui frôle les fibres de mon corps, j’en suis inerte sans vigueur, je sais qu'à cause de ton nom je me relèverai, Ô ! Dieu je me rassasierai en toi, de toi.
Ô ! Mon Dieu mon créateur, toi qui m'induis dans ce monde, toi qui me places au milieu des loups enragés, toi tu m'héberges aussi entre tes ailes maternelles si secrètes.

Tu viens ! Tu es venu ! Tu es là pour moi. Tu vis, tu es au ciel et tout prêt de moi tu colmates.

Ô ! Seigneur Ô mon Dieu mon créateur qui m’a su.

{Artistes Press}

Laissez un commentaire