Ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude !

Contre quoi en tant que fils légitimes de Dieu aujourd’hui nous battons-nous ? Posez-vous cette question. Elle est simple mais pertinente à mon humble égard. Dites-vous contre quoi, notre lutte s’acharne-t-elle réellement ?

Au départ c’était une route sans ruelles, sans voies, sans vue à l’extrémité, sans le soutien véritable de nos âmes, c’était une vie qui a eu beaucoup de crises à déplorer, et qui implorait l’invisible main de secours.
Une vie qui s’exclamait dans des secousses, dans de lourds soupirs d’un cri, qui au final produisait des sons très vastes, d’une grande ampleur douloureuse. C’était une âme qui braillait, limite qui hurlait dans des plaintes grésantes, brûlantes. C’est cela que nous étions au départ, un cœur qui crissait; C’était le début de notre première approche, vers l’évangile de la vérité en Jésus-Christ.

Laissez-moi vous rappeler chers frères et soeurs, ce que nous avons reçu de notre Seigneur Christ-Jésus. Ce que nous vivons en lui, nous ne l’avons point trouvé dans l’opportunité exclusive du droit des Hommes. Mais ce sont des possibilités de toucher, de voir, de viser, et non avec notre âme seulement, mais avec l’esprit du Christ lui-même, qui nous a été insufflé, une seule fois; à la fois, d’une Foi d’une infinie espérance, dont toutes nos réunions devraient véritablement en parler, car le Christ a réellement fait son entrée dans toutes nos villes, à travers nous, moi, toi, lui, ou elle, d’une façon concrète et vous ne pourrez pas me dire le contraire, et nous voulons que le monde le sache, admettez-le !

Rapellons-nous. Alors qu’avons-nous dit au départ de notre conversion, de notre choix d’appartenance !? Pouvons-nous revenir comme autrefois, comme venus, tout aussi assoiffé dans la quête du renouvellement, et nous engager, à jamais dans l'œuvre de notre créateur !?
Chers frères et sœurs, Il s’agit de notre Dieu, car il s’agit toujours de lui. Et comme il agit toujours au-delà de nos insuffisances, il s’agit toujours de lui depuis nos premiers pas vers sa lumière, car c'est lui qui détermine la durée de la croissance et l'atrophie progressive de nos âmes en ascendance.

N’arrêtez pas de vous battre pour les choses qui comptent aux yeux de Dieu !

Je vous exhorte mes frères et soeurs, Je ne sais pas ce qui se passe de nos jours, mais selon le temps que nous traversons en ce début de la fin des temps, l’amour pour servir Dieu qui consiste à nous servir les uns les autres, a perdu sa place. En ce jour l’ennemi occupe cette place d’une manière convaincante, mais je vais dire ceci, pour vous qui êtes informés de ce message, n’arrêtez pas de vous battre pour les choses qui comptent aux yeux de Dieu avec détermination et beaucoup d’humilité et de patience et surtout, laissez l’Esprit-Saint conduire vos vies, opérer en vous comme un souffle nouveau, pour vous faire quitter le désir mauvais qui est un trouble, un désordre dans l’âme. Sachez-le, l’Esprit-Saint de Dieu lutte contre nos désirs mauvais, souvenez-vous, Dieu souhaite juste vous faire beaucoup de bien; car le désir mauvais vous conduira dans la contradiction, et au final vous ne pourrez pas faire ce que vous voulez.

Lisons ensemble ce court passage biblique Galates 5: 19 Ce que les désirs mauvais produisent, on le voit bien : ils mènent une vie immorale et mauvaise, ils se conduisent n’importe comment. 20 Ils adorent les faux dieux, ils pratiquent la sorcellerie. Ils détestent les autres, ils se disputent, ils sont jaloux. Ils se mettent en colère, ils cherchent à passer devant tout le monde, ils se divisent en partis et en groupes opposés. 21 Ils veulent ce que les autres possèdent, ils boivent trop, ils mangent trop et ils font encore bien d’autres choses semblables. Je vous avertis et je l’ai déjà dit : ceux qui font ces choses-là n’auront pas de place dans le Royaume de Dieu. 22 Au contraire, voici ce que l’Esprit Saint produit : amour, joie, paix, patience, bonté, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi. La loi n’est sûrement pas contre ces choses-là. 24 Ceux qui appartiennent au Christ Jésus ont cloué sur La Croix les désirs mauvais qui les entrainaient. 25 Puisque l’Esprit Saint nous fait vivre, laissons-nous conduire par cet Esprit.

Contre quoi en tant que fils légitimes de Dieu aujourd’hui nous battons-nous ? Posez-vous cette question. Elle est simple mais pertinente à mon humble égard, et dites-vous contre quoi notre lutte s’acharne-t-elle réellement ? Quelles ont été nos véritables motivations au départ ? N’est-ce pas ne plus être enchaîné dans le désir mauvais ? Et être libre pour agir en bon serviteur de Dieu !? N’est-ce pas que nous sommes venus vers le Christ, décharger au pied de sa croix notre charge à nous et nous soulager par la sienne ?

Rappelez-vous pourquoi vous vous êtes engagés à servir!

Les mauvais désirs de haine et vengeance s’opèrent dans nos églises locales, la jalousie et de mauvaises dispositions. Ces choses prennent de plus en plus place dans nos églises locales actuelles, et cela détourne beaucoup de leur objectivité prépondérante mais pourtant nos dirigeants ne disent rien, c’est un grand silence dans le bruit qui court ; les gens des églises actuelles sont aussi les gens de mauvaise vie, et les rumeurs se propagent. L’église est bien liée, et certains sans force véritable pour pratiquer sincèrement leur Foi. Notre foi est une liberté en Christ, autrefois elle a été une source puissante de grands prodiges pour des leaders qu’évoque la Bible, une grande motivation pour pratiquer les bonnes œuvres. Si dans l’église les gens ne souhaitent servir le Christ ou même votre pasteur ne souhaite faire ce qu’il faut, c’est-à-dire identifier le soucis, le menacer et le mettre hors de votre environnement, hors d’état de nuire aux âmes également à la vôtre, alors je vous le dis frères et soeurs, partez. Car vous n’êtes plus esclaves de mauvais sentiments, ou prisonniers de mauvais désirs. Rappelez-vous pourquoi vous vous êtes engagés à servir, à qui avez-vous porté toute votre allégeance, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. Car vous étiez au départ une route sans ruelles, sans voies, sans vue à l’extrémité, sans le soutien véritable de nos âmes, c’est l’Esprit-Saint qui vous fit.

Méditez-Y !

Lire la partie Deux : Dieu Eternel !