Fusillades aux Etats-Unis : Donald Trump envisage d’armer les enseignants

news-details
Politique

Décidément il ne lâche rien ! A la question des armes à feu, Donald Trump ne se détourne de sa position, plutôt radicale, il faut le dire. Dans le camp des conservateurs américains, le politique, face à la demande incessante d’une bonne partie de la population, ne compte aucunement abolir le 2ème amendement de la Constitution des Etats-Unis d’Amérique, autorisant chaque citoyen américain à détenir une arme à feu, et ce, malgré les fusillades à répétition dans le pays. Qui enregistre le taux le plus élevé de fusillades.

La dernière en date relance le débat houleux du port d’armes. Mais encore une fois, le président américain réaffirme qu’il est nécessaire pour la population d’être armée pour se défendre. Comme il ne manqua de le faire, de manière quelque peu indélicate, lors des carnages des attentats perpétrés notamment en Europe. Car c’est d’ailleurs par ce point que se justifie ce second amendement prôné par la NRA (National Rifle Association). Ce puissant lobby des armes, implanté en 1871 à New-York, promeut largement le commerce des armes à feu, tout comme l’entraînement à la survie, aux compétences de tir et aux sports de tir.

Cette-fois ci, Donald Trump s’est fendu d’un zeste d’innovation, alors qu’il recevait à la Maison Blanche, les élèves rescapés et les familles des victimes de la fusillade survenue mercredi dernier au lycée Marjory Stoneman Douglas en Floride. L’auteur, Nikolas Cruz, 19 ans et ancien élève renvoyé du lycée, arracha, au moyen de son arme semi-automatique, la vie à 17 personnes, élèves et enseignants. Une tragédie de trop, la goutte qui a fait déborder le vase, succédant aux 290 fusillades perpétrées dans les écoles américaines depuis 2013. Pour ces derniers rescapés et familles de victimes, il faut agir.

Le monde est difficile à vivre non à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. [Albert Einstein]

Après avoir écouté leurs témoignages, leur détresse et leur révolte, Donald Trump émit une proposition, plutôt controversée. Ce dernier envisagerait d’armer 20% des enseignants, sachant manier une arme, afin de protéger les élèves. Les enseignants devraient porter l’arme de manière dissimulée et suivre une formation spéciale préalable.
Inévitablement, cela ne fait guère l’unanimité auprès des équipes pédagogiques. « Vais-je devoir être formée comme une policière en plus d’éduquer ces enfants ? Vais-je devoir porter un gilet en kevlar ? », s’est indignée Ashley Kurth, enseignante de lycée de Parkland. « Je ne pense pas que les enseignants doivent être armés. Je pense qu’ils doivent enseigner », a répondu le shérif Scott Israël, intervenu sur les lieux de la fusillade.
Le terrain est particulièrement glissant pour Donald Trump, qui n’a jamais caché son amitié avec la NRA.

news-details

Mais outre sa proposition, le président, qui a condamné cette nouvelle fusillade, a fait preuve d’une fermeté implacable quant au contrôle des ventes d’armes à feu. Plus précisément en promettant des mesures « fortes » sur les vérifications des antécédents judiciaires et psychiatriques des acheteurs, tout comme l’âge légal pour se munir d’une arme. Précisons que Nikolas Cruz a pu aisément et légalement se procurer une arme semi-automatique malgré son jeune âge, ses antécédents psychiatriques et un signalement au FBI par un de ses proches alerté par ses tendances meurtrières. Alors qu’à 19 ans, il ne pourrait même pas s’acheter une bouteille d’alcool au supermarché, l’âge légal étant à 21 ans.
Même sentiment apeuré lorsqu’on nous dit qu’un terroriste lamba était fiché S !

Tandis que la NRA s’oppose farouchement à relever l’âge légal à 21 ans, Andrew Pollack qui a perdu sa fille Meadow, 18 ans, dans la fusillade a imploré le président : « S’il-vous-plaît M. Trump, il faut du bon sens. Combien d’écoles ? Combien d’enfants doivent-ils tomber sous les balles ? En tant que pays, nous avons échoué à protéger nos enfants. Cela ne devrait pas se produire. Je suis très en colère. »
Une voix de plus qui s’ajoute à tous ces jeunes protestant contre le laxisme de la législation sur les armes à feu. « Que ces vies puissent être volées sans changement serait un acte de trahison à l’égard de notre pays », s’est indigné Lorenzo Prado, un des jeunes militants.
Cette nouvelle lutte est saluée notamment par Michelle Obama qui s’est dite « pleine d’admiration pour les élèves extraordinaires de Floride » car « la lutte contre les armes individuelles exige un courage et une endurance inexorables. »

Voici ce que déclare l’Eternel : Maudit soit l’homme qui compte sur des hommes et qui fait des moyens humains la source de sa force mais qui détourne son cœur de l’Eternel [Jérémie 17 v.15 – La Bible]

Nous le savons trop bien, la violence qui n’attire que la violence a depuis la genèse gangrené les sociétés, et tire sa racine du cœur de l’Homme, perverti par l’auteur du mal. L’instrument utilisé, quel qu’il soit n’est que réponse à cette haine. Toutefois réduire voire contrôler son accès ne serait pas si mal, n’est-ce pas ? Sachant qu’aucune législation ne peut véritablement guérir les cœurs malades, elle peut néanmoins contrôler les flux de vente des armes, leur accès selon les profils des acheteurs. Car mettre en les mains d’un être déséquilibré ou trop enfantin une arme ne serait que dévastateur.
Voici un sujet de prière perpétuel pour l’Eglise, car il n’appartient qu’à Dieu seul de guérir les cœurs malades, remplis de haine et ne répandant que violence et destruction, en effet, lui qui dit : « j'ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair » [Ézéchiel 36 v.26 – La Bible].

Et vous chers lecteurs, qu’en pensez-vous ? Donnez-nous vos avis sur la question !

Aimez notre page Facebook
author

Audrey Wolber

Artistes Press

Artiste ~ Chantre 🎼🎤Journaliste & Correctrice chez Artistes Press 📇🗞📰 ~ Entrepreneuse 👩🏽‍💻

Partagés récemment

Ajouter un commentaire