Affaire Cambridge Analytica : Facebook au cœur d’une polémique sur la fuite de données personnelles

news-details
Technologie

Facebook est une fois de plus, au cœur d’un scandale. Alors que le groupe tentait, depuis le début de l’année, de remonter le cap, après les vifs reproches qui lui ont été faits tout au long de l’année 2017, l’affaire Cambridge Analytica fait à présent surface. La société de communication Britannique du même nom, est accusée d’avoir récupéré les données personnelles de plus de 50 millions d’utilisateurs Facebook sans leur approbation, pour créer un logiciel qui aurait influencé les votes en faveur de Donald Trump, aux élections de 2016. Et également lors du référendum du Brexit au Royaume-Uni.

Cette affaire qui remonte il y a 4 ans a été dévoilée par le témoignage de Christopher Wylie, présent lors de la création de Cambridge Analytica, et qui dévoile comment les données Facebook ont été utilisées à des fins politiques. Pour Facebook, la société de communication avait supprimé les données. Une information qui s’avère fausse. Des divers témoignages et articles contredisent cette affirmation. Après avoir suspendu les comptes de Cambridge Analytica, le groupe assure que les données avaient été récoltées de manière légitime via une application conforme au règlement de cette période. Celle-ci permettait de recueillir des informations d’amis ayant installé l’application.
C’est en 2015 que le réseau social mettait un terme à cette pratique, les développeurs n’avaient alors plus accès à ce type d’information, mais quelques applications peuvent cependant demander la permission de récolter certaines informations comme le nom, l’adresse email, la position géographique.
Selon Futura Tech, « Facebook n’est techniquement et légalement pas impliqué », mais cette histoire vient s’ajouter à sa liste de blâmes. Avec en tête, les Fake News.

Le réseau social tant exploité prend un coup et subit une perte de 50 milliards de dollars en bourse. Cette nouvelle laisse place à quelques interrogations en ce qui concerne l’outil de communication et remet en question sa fiabilité. Si certains estiment que cette erreur illustre l’inexpérience de Mark Zuckerberg, il faut reconnaître que sa tentative de réagir maintenant est légèrement tardive, mais ce qui n’exclut pas de revoir son système de sécurité et trouver un moyen afin que les données personnelles demeurent confidentielles. Jugé comme « un chef d’entreprise inexpérimenté et un peu arrogant », ils sont beaucoup à penser que le réseau social se porterait bien mieux si son créateur quittait ses fonctions.

Très investi dans son projet, après un moment de silence qui lui a été vivement reproché, Mark Zuckerberg s’excusait auprès de ses internautes, et assumait entièrement la responsabilité de ces déviations. Toujours dans cette démarche de faire taire tous ces blâmes et d’essayer de donner une image plus glorieuse de son entreprise, il annonça un grand ménage de printemps.
Toutes les applications seront auscultées, l’accès des données personnelles aux développeurs sera suspendu. Et l’accès aux informations sera limité au nom d’utilisateur, photo de profil et adresse mail. Une insertion en tête du fil d’actualité d’un outil déjà existant, qui permettra d’afficher les applications utilisées avec l’option de réfuter l’autorisation d’accès aux données.

Face à ce scandale, des investisseurs ont incité les entrepreneurs à trouver une autre alternative, une création d’un nouveau réseau social aussi performant que Facebook mais bien plus sécurisé.
Il serait sans doute, temps de penser à l’après-Facebook, car même si cette affaire ne causerait la perte de la firme, un jour où l’autre le réseau social fera certainement face à une rude concurrence. N’en soyons pas surpris car « rien ne dure vraiment dans ce monde pas même la souffrance », déclarait Charlie Chaplin.

Quoi qu’il en soit malgré toutes les erreurs que Facebook ait pu commettre, reconnaissons tout de même que cet outil nous est bien utile dans tout ce que nous entreprenons, et jusque-là, fort heureusement, aucune des données recueillies n’a été mise en ligne. Nous ne sommes pas sans savoir que la sécurité n’est dans beaucoup de cas pas un problème pour les pirates du Net.
Dans ce cas, que chacun de nous veillons au grain de ne pas partager tout et n’importe quoi, qui pourrait plus tard nous être volé et nous porter préjudice.
Tout en sachant combien il est difficile de gérer un si grand groupe, nous prions Dieu de bénir M. Zuckerberg et de lui accorder sagesse pour qu’il puisse mener à bien son projet.

author

Perla Kouam WAFFO

Artistes Press

Assistante de rédaction chez 🗞📰 Artistes Press - Entrepreneuse

Visionnez notre dernière vidéo sur la chaîne Youtube
Partagés récemment

Ajouter un commentaire